Photos : page de photos 9 - 4 (annexe)

   
D'autres photos de Lucien Briet : hourquettes d'Héas et de Chermentas
    
                                                (Musée pyrénéen de Lourdes)

                          
                          
30 août 1895         "Piscine naturelle dans l'Aguila"

   Photo prise par Lucien Briet deux ans avant les suivantes, dans la vallée de l'Aguila. Cette cascade se situe au fond du premier replat qu'on trouve losqu'on remonte la vallée, vers 1910 m. d'altitude.
    Le personnage est probablement Heuri Soulé, qui sera son porteur en 1897.


      
      
29 juillet 1897                                             "Le pic des Aiguillous"
 
    
Cette photo a été prise dans le replat du haut de la vallée de l'Aguila que viennent d'atteindre Lucien Briet et ses deux compagnons (" [...] je goûtais, une fois de plus, la surprise que procure, au sortir d'un défilé, le brusque élargissement d'un bassin", écrit-il dans son récit). "D'inexpugnales parois y supportaient le pic des Aiguillous ou Soum des Salettes..."

 

       
       29 juillet 1897                                        "La hourquette de Héas"

  "La hourquette de Héas a l'aspect d'un trait régulier, interminable, qui soude l'épaule orientale des Aiguillous au pic de la Géla. On croit, à cause de cela, pouvoir passer n'importe où : erreur. Vous tombez à loisir sur des à-pics peu ou point abordables.".
 

       
       29 juillet 1897                                        "Sur la hourquette de Héas (le pic Gerbats)"

   "Devant nous, étendu comme un van colossal, le val des Aiguillons [de l'Aguila] se tigrait de neige, et, au revers de ce bassin, sur un talus d'éboulis chaotique, une tour [le pic Gerbats] s'écrasait, précisant, toute décharnée, ses stratifications horiziontales et grises, splendide surtout, grâce au cimier qu'elle arborait, et qui, du Coumély ou de Troumouse, lui donne un faux air de casque. Ce môle de roche [...] avait, dans son attitude, quelque chose d'un lion au repos."
   
En haut, à gauche, assis : le guide (ou porteur), JacquesPaget.
   Au-dessous de la photo : sa légende, de la main de Lucien Briet.

                                                                             Haut de page

       
       29 juillet 1897                                  "Toiture naturelle (hourquette de Héas)"

   "Nous dégringolâmes sur des schistes qui prêtaient aux glissades maladroites. Cette espèce de toiture était si bizarre que je lui consacrai un cliché. Les dalles se découpaient par tranches et se retaitaient en se feuilletant." Ainsi se présente le début de la descente de la hourquette de Héas dans la vallée de Badet.
 

       
       29 juillet 1987                                    "Le col de Campbieil vu de la hourquette de Chermentas"

   Le port de Campbieil tel qu'on le voit peu avant d'arriver à la hourquette de Chermentas, encadré par le pic des Aiguillous à gauche et son éperon rocheux, et par le pic de Campbieil, à droite, "battu par la houle des nuées oscillantes, tandis que le pic des Aiguillons (2960 mètres), à l'imitation d'une mauresque, gardait obstinément son voile"..

 

       
       29 juillet 1897                                     "Le couloir de Chermentas"

   "Nous dévalâmes [de la hourquette de Chermentas]. La descente était brutale, mais nous l'éludâmes pour pénétrer dans un corridor montueux, ample et des plus intéressants. A droite, grandioses falaises rectilignes ; d'autre part, une contrescarpe en ruine, dont les exostoses, sabrées et couturées, ressortaient superbement au soleil [...]. Au faite, un petit col. Notre guide improvisé [le berger Jean Vidalon] appelait cette passade "la Fourquette"". Ce couloir est remonté, dans les éboulis, par le sentier du balcon de Barroude.
 

   
   Liste des pages de PHOTOS                             Haut de page
   Page d'accueil