Photos : page de photos 9-11

    Vallées de La Gela, de Saux, de Badet et du rio Pinara :  le pic de Port Vieux

    Le pic de Port Vieux n'appartient pas à proprement parler au cirque de Barrosa, mais il est proche de sa partie nord par la topographie et la géologie. Il domine à l'ouest la région de Barroude, au nord la vallée de La Géla, à l'est la vallée du rio Pinara.
    C'est donc un beau belvédère, et dont l'ascension est facile.
    De plus il est intéressant sur le plan géologique car il présente l'originalité d'être coiffé d'un "lambeau de poussée"
.

 

       
   Cette carte situe les différents itinéraires par lesquels on peut gravir ce sommet. Ils sont tous faciles, le plus souvent sur sentier, ou en terrain facile, à partir :
  - du port de Barroude, accessible par le cirque de Barrosa , ou par la vallée de La Géla ;
  - du balcon de Barroude et de son refuge, en quittant à mi-hauteur le sentier du port pour traverser le chaos qui encombre la combe séparant le pic de Port Vieux du port de Barroude, et gagner, par un sentier en écharpe qu'on voit de loin, un épaulement herbeux de l'arête nord-ouest du pic, magnifique belvédère. duquel on monte facilement au sommet par les rochers de cette arête ;
  - du grand replat de la vallée de La Géla pour, par le chemin du Port Vieux,
     * soit monter au Port, puis au sommet par un sentier qui longe d'abord l'arête nord-est du pic, versant Pinara, puis s'en écarte pour emprunter une sorte de rampe raide (en descendant ensuite par le port et le balcon de Barroude on réalise un beau circuit) ;
     * soit quitter ce chemin là où il traverse le plateau au-dessus des mines de La Géla (plateau qu'on peut aussi atteindre en traversant les mines) pour ensuite monter, à travers des pentes faciles puis un sentier en écharpe, au "belvédère" et de là au sommet.
  - du tunnel d'Aragnouet-Bielsa pour monter au Port Vieux, soit de son entrée nord (ce qui implique la traversée de la face ouest du pic de l'Aiguillette par un sentier étroit sur des pentes raides), soit de son entrée sud par le chemin de la vallée du rio Pinara.

  (VOIR AUSSI :
    -
la page consacrée au
pic Barrosa [section Remarques] ;
    - une
image détaillant la géologie du pic de port Vieux.)

 

        
   Depuis l'entrée du grand replat de la vallée de La Géla et de ses vastes pâturages, vue matinale sur la face nord du pic de Port Vieux. La passerelle donne accès au sentier du refuge de Barroude.
   A droite du pic : le ravin du torrent issu du lac de Barroude, et, en haut, extrémité sud-est de la muraille de Barroude.
                                                                            Haut de page

        
   Au fond et au milieu de l'image, le pic de Port Vieux, avec à gauche le long épaulement presque horizontal de son arête nord-ouest, vus du grand lac de Barroude parsemé des gros rochers tombés de la muraille de Barroude.
   Au-dessous, éclairée par le soleil, une croupe constituée d'une roche éruptive claire : de la diorite, apparentée au granite.


        
   Autre vue sur le pic de Port Vieux, depuis les maigres pointements rocheux qui à l'ouest du port de Barroude contrastent avec la vaste croupe qui le prolonge à l'est, et qui doit son aspect au délitement de l'ampélite.

                                                                           Haut de page

        
   Vue sur le sentier que, un peu en dessous de la croupe, faite d'ampélites, montant du port de Barroude au Soum de Barroude, on emprunte pour monter vers le pic de Port Vieux (non visible, à gauche).
   Au fond, la bosse (2740 m) qui précède le pic Barrosa (et à laquelle certaines cartes nomment pic Barrosa) (l'auteur de cette est Mariano ; elle foit partie d'une série de photos illustrant dans son site de topos (http://www.topopyrenees.com) la page (cliquer ici) consacrée à un circuit à partir de la vallée de La Géla passant par le pic Barrosa et le pic de Port Vieux. (l'auteur du présent site le remercie pour lui avoir permis d'y insérer ces photos).

 

       
   Vue sur le versant ouest du pic de Port Vieux, depuis la bosse qui se situe entre le port dr Barroude et le soum de Barroude.
                                                                             Haut de page

        
   Depuis un bombement de la crête de Port Vieux, vue sur l'arête herbeuse (échancrée par le Port Vieux, au milieu de l'image) qui va du pic de l'Aiguillette à droite, au pic de Port Vieux à gauche. Son sommet et son arête nord-ouest se détachent mal (sauf son épaulement) en avant de la muraille qui s'étale du pic de La Munia à gauche au pic Gerbats à droite, en passant par le pic de Troumouse.
 

                                 
   Vue sur l'arête nord-est du pic de Port Vieux, qui, à partir du Port Vieux, en bas à gauche (traversé par un chemin muletier), au sommet, en haut à droite, est facilement gravie par un sentier qui la longe sans s'en écarter beaucoup sur le versant de la vallée du rio Pinara. On en on voit le début dans la pelouse.

                                                                                   Haut de page

       
   Cette image met en évidence le bariolage du haut de l'arête sud du pic de Port vieux (à gauche du sommet) : de bas en haut, au-dessus du brun des schistes cambro-ordoviciens du socle, le rouge du grès, le blanc du calcaire crétacé supérieur, le presque noir de l'ampélite dans le Soum de Barroude à gauche, et de nouveau, sur la crête, le rouge (ou rose) du "lambeau de poussée" (voir ci-dessous la photo accompagnée d'une coupe ).
   
Remarquer que dans la rampe mi-rocheuse mi-herbeuse qui descend du sommet les deux bandes, de grès rouge et de calcaire crétacé blanc, sont décalées vers le bas, par une faille, qui coupe le pic à gauche de la rampe.
                                                                            

       
   La même arête nord-est vue du sentier peu avant son arrivée au sommet du pic de Port Vieux. Après avoir marché dans du grès rouge puis du calcaire blanc on a la surprise de rencontrer de nouveau du grès rouge : il appartient au "lambeau de poussée" (voir ci-dessous la photo accompagnée d'une coupe )
   Au deuxième plan : la crête de Port Vieux, limitant au nord les pâturages de la vallée du rio Pinara, ondulant du pic de l'Aiguillette à gauche (face ouest pentue, arête sud-ouest descendant sur le Port Vieux), au port de Bielsa à droite, sous la pyramide du pic de Marioules.
   Au troisième plan : le massif du pic Garlitz (avec la proue du Pène Abeillère). 
  
Au fond : le pic d'Aret.

                                                                           Haut de page

       
   Le pic de Port Vieux tel qu'on le voit de l'arête qui porte à son extrémité le pic Barrosa. On voit très bien, au milieu de l'image, sous le Soum de Barroude à peine marqué, les deux couches qui constitue la couverture du "socle" paléozoïque sous-jacent : celle de grès rouge, datant du Permo-Trias, et celle de calcaire blanc datant du Crétacé supérieur (Cénomanien à Santonien). On les suit jusqu'au sommet du pic de Port Vieux, sauf que celui-ci est coiffé d'une petite nouvelle couche de grès rouge, qui est le "lambeau de poussée". Au-dssus des deux couches : celle d'ampélite sombre datant du Silurien, appartenant à la nappe de charriage de Gavarnie.
   Au premier plan, reposant sur du calcaire ici de couleur jaune, un cairn multi-colore : pierres blanchâtre, grès rouge, vert et violet.
   A l'arrière-plan : la muraille de Barroude coiffée par la dent du pic Gerbats, se terminant au pic de La Gela. Plus loin, à droite de celui-ci le massif du Cambieil, à gauche le pic des Aiguilous.


       
   A peu près la même vue, sur laquelle on voit mieux, dans la face sud-est du pic de Port Vieux, un couloir encaissé correspondant à une faille le long de laquelle sa partie nord-est s'est nettement abaissée (voir un dessin ci-dessous).

                                                                                Haut de page

       
   De la crête (dans sa partie en calcaire crétacé) qui va du Soum de Barroude au pic Barrosa, vue, vers le nord, en début de saison estivale, sur l'arête sud du pic de Port Vieux, entre le Soum de Barroude (presque plat) et le sommet, où le lambeau de poussée de grès rouge est bien visible, projeté sur le ciel..
   Au fond, de gauche à droite : le pic Gerbats, pic des Aiguillous, pic de La Géla, pic Long, pic de Campbieil, et, à droite du sommet, pic Méchant.

 

       
 
     Sous le même angle, vue rapprochée sur cette arête sud, permettant de détailler sa géologie (coupe nord-sud simplifiée ci-contre).
     Y sont bien visibles, au-dessus des schistes bruns cambro-ordoviciens du socle, les trois bandes : le grès rouge (vineux) du Permo-Trias, le calcaire blanchâtre du crétacé supérieur, et, à gauche, dans la croupe sommitale du Soum de Barroude, l'ampélite violet foncé.
     Plus haut, c'est de nouveau du grès rouge (ou rose) qui forme la partie rocheuse de l'arête et coiffe le sommet, ainsi que son épaulement nord-est. Ce grès constitue un "lambeau de poussée", reste d'une proéminence arrachée au socle et poussée au-dessus du calcaire crétacé, par la progression vers le sud du chevauchement de la nappe de Gavarnie (partie hachurée sur la carte et sur la coupe ; voir la la page consacrée aux conséquences du charriage).
   A droite descend une falaise liée à la faille qui a abaissé la partie nord-est du pic.

  
    (voir aussi une magnifique photo panoramique, à 360°, prise du Soum de Barroude, dans le site "Les Topos Pyrénées par Mariano" en cliquant ici : on y a un point de vue beaucoup plus large, et encore plus géologiquement explicite, sur le versant est du pic)

                                                                            Haut de page

       
   Vue, depuis les abords du pic de Port Vieux,.sur la bosse d'ampélites qui relie le port de Barroude (à droite) au Soum de Barroude,
   A l'arrière-plan : le haut de la partie nord du cirque de Barrosa (pic de Robiñera, à gauche, et falaise nord, surmontée du pic de La Munia et du pic de Troumouse), et la partie sud de la muraille de Barroude.
   Les éboulis tombant de la couche d'ampélite recouvrent presque tout, mais la couche de grès rouge est visible à droite sous la forme d'un petit escarpement rocheux, et la couche de calcaire crétacé, au-dessus du grès rouge, se trahit par la présence de cailloux blancs mélés aux débris sombres de l'ampélite.

 

        
   Toujours des abords du sommet du pic de Port Vieux, autre vue, sous un autre angle et une lumière différente, par-delà cette même croupe d'ampélites, sur le haut du cirque de Barrosa, du col d'Espluca Ruego à gauche au pic Robiñera à droite.

                                                                               Haut de page

       
   Du haut de l'arête nord-ouest du pic de Port Vieux, dans sa partie constituée de grès rouge, vue sur l'épaulement herbeux de cette arête, d'où on domine le grand replat de la vallée de La Géla, à droite.
   Au deuxième plan : la crête entre pic de La Géla à gauche et pic de Piau.
   Au fond, de gauche à droite : pic Long, pic Campbieil, pic Méchant et pic Bugatet.

 

       
   Autre vue de cet épaulement qui fait face à la muraille de Barroude (dont on voit ici la partie nord, avec la dent du pic Gerbats et la pyramide du pic de La Géla) et offre une vue plongeante sur le balcon et ses deux lacs (dont le petit sur cette image).
   Au loin : le pic Campbieil, derrière lequel se cache le pic Long.
 

                                                                          Haut de page 

       
    Coussin de Silène acaule sur le grès rouge (qui est plutôt rose ici) de la partie rocheuse de l'arête sud du pic de Port Vieux, ce grès dont est constitué le "lambeau de poussée" (voir ci-dessus la photo accompagnée d'une coupe ).
 

        
   Pic (2517 m) et col (2392 m) de l'Aiguillette. Le soleil fait briller les schistes de la face nord-est du pic, prolongé à gauche par la crête de Port Vieux, tandis que sa face ouest est dans l'ombre. C'est par ce col qu'il faut passer, suivi de la traversée de cette face (raide) pour gravir le pic de Port Vieux quand on vient de l'entrée nord du tunnel d'Aragnouet-Bielsa.
   Au fond, le pic Barrosa (2763 m).  (Photo Philippe Villette ; voir son blog).

                                                                          Haut de page

        
    De l'arête nord-ouest du pic de Port Vieux : au deuxième plan, la face ouest du pic de l'Aiguillette ((2517 m; entre le col de l'Aiguillette à gauche et le Port Vieux à droite), à l'extrémité àuest de la crête de Port Vieux échancrée plus loin par le port de Bielsa ; au troisième plan, le massif du pic de Garlitz (2798 m), avec le pic de Cuneille à gauche et le pic de Pène Abeillère à droite ; derrière, le pic d'Aret (2939 m).
                                                                          

        
   La face ouest du pic de l'Aiguillette, vue de près. On y voit le sentier par lequel on la traverse, sur une pente raide, dans les éboulis, entre le col de l'Aiguillette et le Port Vieux (Photo Philippe Villette ; voir son blog).

                                                                         Haut de page

                            
   Vue hivernale de la face nord du pic de Port Vieux. L'auteur de cette photo est Bruno Serraz, qui avec cinq amis du CAF de Toulouse a descendu cette face nord le 12 février 2011. Partis un peu à gauche du sommet ils ont emprunté le couloir à l'aplomb de celui-ci, encaissé et se reserrant dans sa partie inférieure (on le voit bien sur la première photo de cette page). Ils ont réalisé cette descente impressionnante au cours d'un long circuit (1700 m. de dénivelé positif cumulés) à partir de l'entrée sud du tunnel Aragnouet-Bielsa, avec montée directe par la vallée du rio Pinara au col entre pic de Port Vieux et Soum de Barroude, et retour du grand replat de La Géla par le Port Vieux. Bruno Serraz insiste sur le fait que cette descente, qui implique une grande maîtrise du ski, peut s'avérer très dangereuse si les meilleures conditions nivologiques ne sont pas réunies.
    Cette photo et la suivante font partie d'un album qu'on peut admirer dans son site (http://www.brunoserraz.fr) en cliquant ici  (l'auteur du présenr site remercie Bruno Serraz pour l'avoir autorisé à y insérer ces photos).


      
   Descente, par l'équipe de Bruno Serraz, du couloir dans sa partie basse, vers le grand replat de la vallée de La Géla, où on voit à gauche le sentier du refuge de Barroude, et à droite le chemin du Port Vieux.

   PANORAMA pris du sommet du pic de Port Vieux visible dans un autre site :

  
 -
figurant dans le site "Panoramas des Pyrénées" (adresse :
http://www.pyrenees360.fr) avec de multiples autres grands panoramas pris de nombreux sommets des Pyrénées ; cliquer sur la vignette ci-dessous pour ouvrir la page contenant un lien pour ce panorama

                             

                                                                               Haut de page

       
   Dans le guide Soubiron, édition 1931, page 194 (l'exemplaire photographié a appartenu à Louis Robach [1871-1959], dont on voit les tampons et la signature [note 1]) l'auteur vante le panorama qu'on peut contempler du sommet du pic de Port Vieux (qu'il appelle "Pic de Barroude"), en ces termes : "Quoique de moyenne alt. ce sommet est un admirable belvédère. S'avançant comme une proue de navire sur les cirques de Barroude et de La Gela, il domine majestueusement une région des plus intéressantes. On a en face, à l'O., la longue et terrifiante muraille de Barroude dont une partie plonge dans les lacs glacés de Barroude [...]. Au S., à environ 1 k., on aperçoit un sommet d'égale alt. qu'une crête facile relie au Barroude ; c'est le pic de Barrosa qui fait pendant, pour le versant espagnol, au belvédère du Pic de Barroude pour le versant français. En 3/4 d'h., on peut aller d'un pic à l'autre à toute crête.
  De son sommet, on domine, au S.-O., tout le cirque de Barrosa et à l'E., le vallon de Pinara. Dans cette dernière direction, l'oeil embrasse en éventail tous les ports de la crête frontière, depuis le Port Vieux jusqu'à celui d'Ourdissettou. Le massif des Puntas et Fulsa, qui est tout près paraît des plus imposants. La voie d'ascension à la Punta Fulsa par le barranco de Bin se découvre presqu'en entier. Mais ce qui retient surtout l'attention, ce sont les grands pics de Troumouse, de Serre-Mourène et de La Munia qui vus de là, ont des allures de géant. Descendant au S.-O., on rejoindra le sentier qui, venant du Port de Barroude (2542 m), plonge dans la cirque de Barrosa dont il franchit le ruisseau pour passer rive dr. On jouira pendant cette descente d'un nouveau spectacle non moins impressionnant.   Au N.-O., en deux gradins superposés, un muraille d'environ 1500 m. de hauteur monte presque verticalement jusqu'à la crête de La Munia qui se profile sur le ciel. Rien n'est plus imposant".

  
   VOIR AUSSI :

   - la page consacrée au chemin des mines sur le versant français

  

   
- d'autres photos du pic du Port Vieux prises lors d'un circuit à partir de la vallée de La Géla, passant par le pic de Port Vieux et le pic Barrosa, avec retour par le Port Vieux) :
      - dans le site d'Eric Visentin [http://h.visentin.free.fr) d'autres photos
;
      - dans le site de topos de Mariano de nombreuses et belles photos prises lors de ce même circuit, avec
des liens pour une carte, un profil, Google Maps, Google Earth, une Trace Gps, et pour d'impressionnants panoramas à 360° pris du pic Barrosa, du Soum de Barroude, et du pic de Port Vieux).

   

    Retour à   la page générale sur la vallée de La Gela et les vallées voisines                 Haut de page 
                    la page contenant la liste des pages de photos
                     la page d'accueil du site


   NOTES :
   
1. Louis
Robach mérite d'être connu : personnage éclectique et pittoresque, grand montagnard, grand pyrénéiste surtout (43 fois le Mont-Perdu), mais pas seulement ( le Mont-Blanc 7 fois, entre autres grands sommets alpins, et dans les Andes : le Chacaltaya, 5421 m., l'Aconcagua jusqu'à l'altitude de 5500 m.), pionnier du ski de randonnée, grand voyageur, astronome, photogaphe, chirurgien-dentiste (à Condom, puis à Montréjeau ; "à l'occasion" a-t-il inscrit sur sa carte de visite : il a quand même compté 25571 dents arrachées au cours de sa vie).
   
    Pour en savoir plus sur Louis Robach, consulter :
   - dans la revue Pyrénées, n° 259, juillet 2014, pp. 68-78, l'article "Louis Robach" par Pierre Sarthoulet ;
   - sur internet, en particulier :
        * une biographie écrite par Philippe Vergnes (et un document Power-point du même auteur, accessible en tapant dans un moteur de recherche : "Louis Robach document PPT Philippe Vergnes") ;
        * une page du site pbase où on trouve une photo prise par Robach (le Mont-Perdu, de nuit) avec un texte de Robert Ollivier, grand admirateur de cet homme hors du commun ;
        * une biographie et quelques photos dans le site Pyrénées-Passion ;
        * la présentation d'un livre sur Louis Robach dans le site Pyrénées-pireneus.

        
   Quelques photos où figure Louis Robach (ou son vélo).
   Voir aussi deux autres photos :
   - l'une dans la
page consacrée à Franz Schrader, note 4, célébre photo où il figure, devant les grottes Bellevue au Vignemale, aux côtés de Henry Russell
et du guide de celui-ci, Mathieu Haurine ;
   - l'autre dans la page consacrée au pic Barrosa, note 2.

NOTES :                                               

  Page de photos mise à jour le 11 juin 2017