Photos : page de photos 10-7
    
    La cabane de Barrosa

  SOMMAIRE :
         1- Photos anciennes
         2- Franchissement du torrent
         3- Photos récentes (2014 et 2015)

  1. PHOTOS ANCIENNES

      
   PHOTO de la cabane de Barrosa (prise le 24 juillet 2005). Au deuxième plan, le "dôme", et au fond le sommet de La Munia et du pic de Troumouse, à gauche, et le port de Barroude, à droite;
   Elle se situe au bout de la haute vallée du rio Barrosa, au fond du cirque, à 1745 mètres d'altitude, au bas des grands pâturages qui montent vers le port de Barroude, 40 à 50 m.au-dessus de la rive gauche du rio Barrosa. Il faut donc traverser le torrent pour finir d'y arriver, ce qui peut s'avérer difficile en début de saison, quand son débit est important (voir ci-dessous)
   On y accéde en 1 heure 15 à partir de l'Hôpital de Parzan (voir dans le chapitre Courses la page consacrée au pic Barrosa ).
   Elle a été construite au-dessous d'un énorme bloc erratique de calcaire;
   Autrefois inutilisable elle a été rénovée en 2004 par la municipalité de Bielsa qui:lui a rendu une porte métallique à deux battants et une fenêtre, tandis que le toit a reçu un enduit blanc censé le rendre étanche. Une petite cheminée y a été aménagée. Le sol en ciment a été nettoyé..

   Les membres du club de montagne "Les Cadets de Toulouse" y ont apporté, en 2009, un poële, le tirage de la cheminée s'étant avéré très mauvais. Puis deux tables et des chaises, ainsi que, en 2010, les pièces d'une structure métallique pour un futur bat-flanc à deux étages.
   En 2011est apparu un gros problème : il s'est avéré que le toit (en béton) n'était pas étanche ; par temps de pluie des gouttes d'eau tombaient dans la cabane.
   Du 21 au 24 juillet 2014 des travaux bénévoles destinés à rendre au toit son étanchéité ont été entrepris, avec l'autorisation de la municipalité de Bielsa. Moyennant le dur transport du matériel nécessaire (grâce à une joëlette
[voir une photo ci-dessous], depuis un point du chemin du cirque situé à 2,5 km de la cabane, atteint grace à un fourgon 4x4), ces travaux ont consisté à coller à froid sur la surface du toit, aprés passage d'un apprêt, une membrane bitumineuse de 2 à 3 mm d'épaisseur, couleur ardoise grise.
   Pendant l'été 2015, en quatre étapes (16-18 juillet, 29-30 août, 9-13 septembre et 3-5 octobre) des travaux ont été consacrés à l'aménagement de l'intérieur : principalement le scellement et la peinture de la structure métallique du bat-flanc, le montage de la partie bois de celui-ci, la peinture du plafond, et la pose d'un enduit sur les murs, etc. (note 1 :
photos de ces travaux).

   A la date du 5 octobre 2015, à la fin de ces travaux de rénovation, la cabane, ouverte en permanence, est habitable : les montagnards y trouveront un bat-flanc à 2 étages pour le couchage de 12 personnes, ainsi que 2 tables, 6 chaises, et un poële. A noter qu'on trouve du bois en amont de la cabane , sur la rive gauche du torrent, en aval de la cascade (on trouvera une scie dans la cabane, si personne ne s'en est emparé, nécessaire pour mettre les bouts de bois aux dimensions du poële). L'eau est à prendre au torrent, 40 m. au-dessous de la cabane.

   Il est bien évident que cette cabane ne peut pas suppléer l'absence du refuge de Barroude détruit par un incendie en octobre 2014 : elle est plus petite (12 places contre 35), non gardée, son altitude est nettement plus basse (1745 m. contre 2377), son confort est sommaire (pour des français le mot "cabane" lui est mieux adapté que le mot "refuge") et elle ne bénéficie pas du décor constitué par l'impressionnante muraille de Barroude. 
  Mais elle est sur l'itinéraire de la Haute Route Pyrénéenne et c'est une bonne base pour d'intéressantes ascensions :
  - pic de Barrosa, en particulier pour le faire à ski de randonnée,
  - pic de La Munia, par le cirque ou par l'arête est du pic de Troumouse,
  - pic de Robiñera par son versant est, ou par son arête sud-est en circuit (voir la page pic Robiñera),
  - traversée du cirque par le chemin des mines (ou encore, course moins longue, l'ascension d'une bosse de la sierra de Liena, la Punta Ruego, par la vire de la falaise sud (voir la page pic Liena).

        
    Autre PHOTO de la cabane de Barrosa, prise le 7 juin 2007.
    Au fond : les 3 cascades du fond du cirque, le col de Robiñera et La Munia.
                           
                                                                           Haut de page

       
    La cabane de Barrosa, dans l'ombre, à l'abri de son gros rocher, dans la pelouse du fond du cirque de Barrosa, à un moment où la haute vallée du rio Barrosa, en aval, est, elle, ensoleillée.
   Au fond, le pic de l'Espade, la tête dans les nuages.


                  
    Sur cette PHOTO : à droite, le versant nord de la sierra de Liena ; au fond, dans l'axe de la vallée, le pic de l'Espade.

                                                                   

      
   Une vache et son veau, dans les pâturages qui entourent la cabane.
   Au fond, l'arête est du pic de Troumouse et le port de Barroude.

                                                                              Haut de page

        
   
La cabane vue de la partie centrale de la muraille du cirque. (au centre de la photo, au-dessous d'un gros bloc rocheux),
    On devine le sentier du port de Barroude, dans les pelousEs de la rive gauche du torrent, parsemée de blocs erratiques (ces pelouses recouvrent une anciennes moraine : voir la page consacrée aux abords de la cabane et aux anciens glaciers du cirque de Barrosa). Sur la rive droite du torrent : le grand replat caillouteux du fond du cirque. Noter la forêt au-dessus du pierrier : on trouve du bois dans celui-ci pour alimenter le poële en vue de chauffer la cabane
 

        
    La cabane, avec sa petite cheminée, est dominée par les aiguilles de la falaise sud du cirque, et par le col d'Espluca Ruego (à gauche).
 

      
   La cabane au lever du soleil sur le pic Robiñera, et à gauche sur une partie de la falaise sud (le gros éperon granitique surmonté de l'aiguille calcaire.

                                                                              Haut de page

                                    
    Depuis la cabane, vue, vers l'aval, sur l'éperon des Bachetas.
 

       
    La partie haute de l'éperon de Las Bachetas, telle qu'on la voit de la cabane.

                                                                            Haut de page

       
   Il n'est pas rare que des isards descendent aux alentours de la cabane.
   En haut, une harde au bord du torrent, à 100 ou 200 mètres à peine de la cabane.
   En bas, deux isards vus au-dessus de la cabane, depuis le sentier du port de Barroude (photo prise le 19 novembre 2009 par Serge Sabor, et adressée par lui à l'auteur du site, qui l'en remercie).
 

             
   
Des abords de la cabane (qu'on voit à peine tout en bas et au milieu de la photo, sous son rocher) vue, le soir, sur la partie nord du cirque : le "dôme" ensoleillé se détache sur le pic de La Munia à gauche et le pic de Troumouse à droite.   
                                                                              Haut de page
 
                                                                                      *

  2. FRANCHISSEMENT DU TORRENT, SOUS LA CABANE, en début de saison  
    (c'est-à-dire quand le torrent est encore gonflé par la fonte des neiges, car en milieu ou fin de saison,
quand le débit du torrent est faible, il est assez facile en beaucoup d'endroits ; en revanche il faut savoir que ce franchissement peut devenir difficile, voire impossible, quand le torrent est en crue, gonflé par un orage violent ou des pluies diluviennes)
  

    A noter que le guide Ledormeur signale en 1928 l'existence, dans les parages, d'un pont par lequel le chemin muletier du port de Barroude franchissait le torrent (voir la page consacrée au pic Barrosa, note 2) : il a été probablement emporté par une crue.

   Voir aussi la page de photos consacrée au torrent dans la haute vallée du rio Barrosa en aval du cirque.
 
       
   Schéma situant les différents passages, numérotés de 1 à 4, permettant de traverser le rio Barrosa sous la cabane (note 2). Les triangles jaunes situent approximativement les endroits où on peut dresser une tente.

 
 
Passage 1 : c'est l'ancien passage, sur le tracé du sentier du port de Barroude, qui a été bouleverdé par une crue en 2013.

       
     La piste puis le sentier par lesquels on accède au fond du cirque remontent la rive droite du rio Barrosa, mais la cabane est sur la rive gauche, 40 à 50 m. au-dessus. Il faut donc franchir le torrent et cela peut poser problème en début de saison.
    La photo montre le gué facilitant, sur le tracé du chemin, la traversée du torrent, sous la cabane, tel qu'il était en 2009 (le 5 juillet). Le débit du torrent était encore assez important et l'eau, qui affleurait la balise jaune et blanche, passait au-dessus des blocs rocheux. Il fallait se déchausser et traverser à pied juste en amont du gué sur un fond plus ou moins sablonneux, ou trouver un autre passage en amont.
    De toutes façons ce passage, sur le tracé du chemin, a été bouleversé en 2013 et n'est plus praticable en début de saison.
    En revanche, en fin de saison, le torrent est parfois, au même endroit, sous la cabane, à sec sur plusieurs centaines de mètres, son eau disparaissant dans la rocaille, en amont, pour réapparaître en aval.

                                                                           Haut de page

      
   Depuis 2013 il n'est plus praticable en début de saison, à moins de se déchausser.
 

       
   Photo prise le 16 juin 2013 (la cabane est visible en haut de l'image)..En tout début de saison la traversée du torrent peut être quasi impossible en raison de l'importance de son débit, même par les autres passages.
 

       
   Mais alors, en remontant la rive droite du torrent, on trouve encore généralement un névé qui le recouvre (la photo a été prise le même jour) et permet la traversée (en sachant que l'épaisseur du névé peut être variable d'un endroit à l'autre).
     
                                                                                Haut de page

  Passage 2

      
  40 à 50 m. en amont du passage 1 on trouve un passage facile entre un petit rocher fissuré (mais solide) de la rive droite (au milieu de l'image), et une large dalle blanche (du marbre) de la rive gauche, qui, même mouillée, n'est pas glissante (elle est faite de marbre, c'est-à-dire d'une roche dérivant d'un calcaire par métamorphisme responsable d'une cristallisation en cristaux relativement gros). On saute facilement de l'un à l'autre.
   

       
   Ce même passage vu de la rive gauche : on voit que le rocher fissuré de la rive droite est muni d'une sorte de marche-pied, au ras de l'eau, permettant de le franchir, quand l'eau n'est pas trop haute, d'une simple enjambée.
 

      
  
 Le bâton de ski, à l'endroit où on peut faire l'enjambée, mesure 1 m. 20 de long.

                                                                            Haut de page

      
    Lors des travaux destnés à rendre au toit de la cabane son étanchéité, ce passage a été utilisé, le 25 août 2014 pour faire passer de la rive droite à la rive gauche une joëlette chargée de trois rouleaux de menbrane bitumineuse.
 

      
   Cette photo a été prise le 16 juin 2013, peu avant les grandes crues qui ont (le 18) ravagé des vallées pyrénéennes. Le rio Barrosa était déjà en crue et le passage de la dalle blanche en partie submergé.
   
    (voir une courte
vidéo de 9 secondes, 12 Mo, prise ce même jour).

                                                                            Haut de page

   Passage 3

      
  Un peu en amont du passage 2 on trouve un gué assurant une traversée assez facile du torrent.
 

      
  Ce même passage 3, vu de l'amont.

                                                                              Haut de page

   Passage 4

      
   Ce passage 4 se situe environ 400 m. en amont de l'arrivée du sentier au bord de la rive droite du torrent. Un vague sentier discontinu et des cairns y mènent. Qiand on vient du port de Barroude il faut quitter vers l'amont du torrent le sentier avant d'arriver au-dessus de la cabane : à l'approche du torrent on trouve des cairns repérant ce passage.
   La photo a été prise le 30 juin 2014 : en amont du passage persiste un vaste névé qui pouvait aussi permettre la traversée du torrent, mais en se méfiant des zones fragiles. Fin juillet il avait disparu.
   A noter, entre le gué et le névé, une vasque, relativement large et profonde (dans sa partie amont), propice à la baignade, l'été.

 

     
   Une autre photo de ce passage, vu de l'amont.
 

    
   Cette photo, de ce même gué, a été prise le 9 juin 2016. On voit que le torrent est gros et le gué submergé, donc impraticable. Mais environ 3 m. en amont la vasque est large et peu profonde (40 cm à peu près sur toute la largeur), le fond fait d'un cailloutis confortable pour la plante des pieds (voir les deux photos ci-dessus), et le courant faible : si on prend la peine de se déchausser la traversée est sans problèmes (sauf l'eau froide). C'est là que passent les vaches, mais il y a peu de bouses sur les rives.

                                                                               Haut de page

                                                                                       *                                                                                   
  4. PHOTOS RECENTES (depuis 2014)

        
  La cabane, au-dessous d'un gros bloc erratique de calcaire, dans la pelouse recouvrant la moraine d'un ancien glacier qui a fait descendre jusque là (dans le domaine du granite), vers -20000 ans ( ? ), de multiples autres blocs de calcaire dévonien.
  Au fond, la falaise de granite, avec ses trois cascades.
 

      
  La cabane le 25 juillet 2014, pendant les travaux pour rendre au toit son éranchéité. Ils ont consistés en un collag à froid d'une membrane bitumineuse gris foncé (note 1).
  Au fond, le pic Robiñera (à gauche ; du moins son avant-sommet, en haut de la falaise calcaire de sa face est). A droite, le pic de La Munia.
                                                                        
                                                                           Haut de page

     
   La cabane en 2015, un matin, le 20 novembre, époque où elle voit peu le soleil ; avec, en toile de fond, le cirque ensoleillé : à gauche le pic Robiñera, à droite le pic de La Munia.
 

     
    Photo prise le 8 septembre 2016 en fin de journée, vers le nord, en direction du port de Barroude, qui est masqué par le gros rocher qui domine la cabane.
 

      
   La cabane, vue à peu près sous le même angle mais en plein hiver (le 6 janvier 2017), à une époque de l'année où le soleil est bas sur l'horizon et laisse la haute vallée du rio Barrosa et le fond du cirque, donc la cabane, toute la journée dans l'ombre.
(photo Philippe Villette)
 

      
  Vue de plus près de la cabane, le 31 juillet 2014, avec le cirque en toile de fond (à gauche, le pic Robiñera, à droite le pic de La Munia).
On en distingue bien ses deux étages : étage inférieur (le socle), granitique, et étage supérieur (la nappe de Gavarnie), avec la couche d'ampélite silurienne sombre à sa base, et la couche de calcaire dévonien clair en haut (on voit à peine en haut la couche de schiste).

   Cliquer sur l'image pour ouvrir une vue panoramique du décor dans lequel s'inscrit la cabane : la falaise sud du cirque, entre le col d'Espluca Ruego à gauche et le col de Robiñera à droite, en passant par le pic d'Espluca Ruego et le pic de Robiñera.
 
                                                                              Haut de page                                                                           

      
    Le bois mort qu'on voit sur la photo précédente, on le trouve sur les bords du torrent, en amont de la cabane, en aval de la cascade et du promontoire qui la domine (au milieu de l'image)
   

      
    Sur la rive gauche du torrent, en amont de la cabane, à environ 500 m. de celle-ci, le bois mort est abondant.

                                                                             Haut de page                                                                              

      
  Vue vers l'aval de la haute vallée du rio Barrosa (avec son profil en U) prise le matin du 25 juillet 2014, des abords de la cabane, qui s'abrite sous les blocs erratiques.
 

      
  A chacune son veau. Il est rare qu'il n'y ait pas quelques vaches aux alentours de la cabane. Sans compter les autres animaux, plus rares : moutons, marmottes, isards.
 
Au fond, le port de Barroude.
 

      
   Les moutons sont plus rares. Ils sont en général plus haut. Ici (le 20 novembre 2015), leur propriétaire, M. Campé, de Parzan, est entrain de les faire descendre dans la vallée, avant l'hiver.

                                                                                Haut de page

    
   Intérieur de la cabane.
   En 2007 à gauche : on voit l'aspect qu'avaient les murs,le plafond, et la cheminée. La couleur noire de la base du manteau témoigne du fait qu'elle tirait très mal, ce qui empêche de faire des grillades à l'intérieur de la cabane.
   En 2015 (le 20 novembre) à droite : photo prise après les derniers travaux d'aménagement (peinture du plafond, enduit sur les murs). Le poële, apporté en 2009, supplée à ce tirage défectueux pour assurer, si besoin, le chauffage (note 1).
   

      
    Vue de l'intérieur de la cabane tel qu'il est le 20 novembre 2015, après la fin des travaux d'aménagement,. On y voit en particulier le bat-flanc à deux étages, où peuvent coucher une douzaine de personnes (note 1).
 

      
  Le soir du 29 août 2015, aprés avoir peint tant bien que mal le béton grossièrement irrégulier du plafond de la cabane (photo du haut), les peintres, assis devant la cabane, ont assisté à un beau spectacle : le lever, à l'est, sur les montagnes de la rive gauche de la vallée du rio Barrosa, d'une pleine lune (photo à mi-hauteur) qui a illuminé un ciel pommelé (photo du bas : il ressemble au plafond de la cabane) avant de projeter une étrange lumière blafarde sur la paroi du cirque.
  Le soir du 15 août 1902 les frères Cadier, ayant assisté à ce dernier spectacle, ont noté, dans leur récit "Au pays des isards" : "Nous n'osions plus regarder vers le cirque féroce, lorsque, levant les yeux avant de nous coucher, un spectacle inattendu se présente. C'est une immense grisaille, mouchetée d'ombres et de plaques blanches. Tout s'estompe dans un vague discret. Les pics ont perdu leurs terreurs ; leurs pointes sont à peine visibles ; leurs contours sont insaisissables. Un mystére emplit la montagne, sous les pâles étoiles. Le cirque phosphorescent revêt une étrange grandeur qui nous rassure et nous enchante : magie du clair de lune".

      

   Retour à la page Haute vallée du rio Barrosa                                     Haut de page
   Liste des pages de PHOTOS                                                         
   Page d'accueil


  NOTES :

    1. Voici quelques photos de ces travaux, effectués bénévolement par des participants qui n'ont pas ménagé leur peine, en vue de rendre habitable cette cabane au bénéfice de tous les monagnards :

     
  Ces photos sont celles du transport (l'été 2009) du poële, depuis un endroit du chemin du cirque situé à 25 mn de l'Hôpital de Parzan, soit à 45-60 mn de la cabane, transport qui sera suivi, en 2010 de celui de deux tables et de chaises :

       
   Photos prises fin juillet 2014, des travaux pour rendre au toit son étanchéité :
  -
en haut : . à gauche : le toit avant les travaux ; malgré les apparences il n'était pas étanche en raison de fissures et d'une porosité du béton ;
                     . à droite : traversée du torrent grâce à une joëlette, de fabrication maison, chargée des rouleaux de membrane bitumineuse ;
  -
en bas : . à gauche : collage de la membrane ;
                   . à droite : la cabane après ces travaux.

       
  Photos prises pendant l'été 2015, lors des travaux d'aménagement de l'intérieur de la cabane :
   -
en haut : . à gauche : peinture du plafond (sur une surface de béton irrégulière ;
                      . à droite : grattage des murs et de la structure métallique du bat-flanc ;
   -
2e niveau : . à gauche : pose d'un enduit sur les murs ;
                          . à droite :l'intérieur de la cabane après la pose de l'enduit ;
   -
3e niveau : . à gauche : pose des plaques de bois du bat-flanc ;
                          . à droite : "photo de famille" , avec uen équipe de géologues de l'université de Saragosse venus aider à la fin des travaux et "inaugurer" en chansons la cabane ;
   -
en bas : à l'intérieur de la cabane, 2 photos de la fin du montage du bat-flanc, qui est dans son état définitif à droite, le 4 octobre 2015.

   2. Le 6 octobre 2015 le rio Barrosa était en crue. Pris au piège, les montagnards qui avaient travaillé à l'aménagement de la cabane, ont dû jeter en travers du torrent, en aval de la cascade (photo ci-dessous prise le 20 novembre 2015, astérisque rouge sur le schéma), sur des rochers, des troncs de pin aprèsen avoir coupé les branches à la hache. Ces troncs étaient encore en place le 20 novembre : si une future crue ne les emporte pas, ils pourraient servir à nouveau.