Chemin des mines
     Installations minières de l'Hôpital de Parzan

                     
  
Ci-dessus à gauche, ruines de l'Hôpital de Parzan (ou "hospice de Bielsa") telles qu'elles étaient en 1907, photographiées par Jean Bepmale,  (voir la page de photos consacrée aux photos de Jean Bepmale).
   
La carte, à droite, indique le probable emplacement de l'hôpital de Parzan. La construction de la route internationale, en 1975, en a fait presque disparaître les ruines.

              

   En fait (photos récentes ci-dessus), il existe, au bord de la route transfrontalière actuelle, entre la route et le rio, à l'extérieur d'une légère courbe, 300 m. environ en aval du pont sur le rio Barrosa, un pan de mur (photo à gauche) à peine visible car noyé dans un massif de buis, qui pourrait être une partie conservée des ruines de l'hôpital.
Noter que l'arrière-plan (photo à droite, prise vers l'amont, un peu en amont du massif de buis) est à peu près le même que sur la photo de J. Bepmale, compte tenu d'une végétation plus abondante.

   (voir aussi, dans ce site, des pages :
  
       - surtout celle consacrée aux mines du pic Liena ;
          
- mais aussi celle consacrée à Franz Schrader et aux pionniers du pyrénéisme
;
         

    et, au sujet des hôpitaux ou hospices en général, les pages où il est question :
        - de la "
chapelle de Templiers" (principalement dans la note 6) ;
          - du
port de Plan
(voir notamment la partie histoire des échanges sociaux et économiques entre les deux versants des Pyrénées).

                                                                                                                      *


  

   <  Depuis un épaulement du flanc gauche de la vallée de Barrosa (la Punta Chusto), vue générale (avec calque explicatif ci-contre) du site auquel l'Hôpital de Parzan a donné son nom, et de ses installations minières (dont on distingue bien les déblais), au confluent des rios Pinara (à droite) et Barrosa.
   
    Elle montre les rapports de ces installations avec
les mines du pic Liena, la haute vallée du rio Barrosa, et le cirque









                  
 
                    
  
Plan des installations minières de l'Hôpital de Parzan telles qu'elles sont actuellement, en ruines pour la plupart et noyées dans la végétation.
  
                     

    A gauche, vue sur la "Casa Bosar" qui était, entre 1912 et 1928, le siège de la direction de la Société des Mines de Parzan, et où logeaient le directeur et les ingénieurs.
   Au milieu, la façade de la "Casa Bosar
".
    A droite, photo datant de 1938, prise devant la Casa Bosar.
   
     Pendant l'épisode de la guerre d'Espagne dit "la bolsa de Bielsa" (
poche de résistance dans la haute vallée du rio Cinca, au printemps 1938, de la 43e division de l'armée républicaine espagnole, face à l'armée franquiste), le chef de celle-ci, Antonio Beltran, y avait établi son quartier général (voir une page contenant un court récit, avec une carte, de cette "Bolsa de Bielsa" , et une autre consacrée à des photos illustrant l'exode des populations vers la vallée d'Aure par le Port Vieux).
    La photo en noir et blanc (à droite, provenant du musée de Bielsa) a été prise le dimanche 15 mai 1938, devant la casa Bosar (dont on reconnait les auvents). A partir de la gauche, la première personne est Vicente Rojo, chef d'Etat-Major Central, la deuxième est Antonio Beltran, et la troisième Juan Negrin, le chef du gouvernement de la Républque espagnole. A la tête d'une délégation gouvernementale, venue secrètement de Tarbes par le port de Barroude, ils étaient là pour s'informer et soutenir l'héroïque résistance
de la 43e division républicaine (La Bolsa de Bielsa, par Antonio Gascon Ricao, édité par la Députation de Huesca et le musée de Bielsa, p. 129 [note 1]).

                                
    L'hiver, la vue est meilleure sur la "Casa Bosar", à gauche, et les ruines du laboratoire, à droite.

                                                                                                   Haut de page

                     
   
 
Autres photos des installations minières, montrant, de gauche à droite :
   - les ruines des logements des ouvriers ;
   - sur un abreuvoir (visible sur la photo précédente), l'inscription d'une date, 1924, une des dernières années de fonctionnement des installations minières ;
   
- la centrale électrique, au bord du torrent, et le transformateur, à gauche.

        
                   
    Photos de l'ancien équipement générateur d'électricité encore présent dans la centrale électrique en 2010, avant son remplacement en 2011 (voir plus loin : rénovation de 2011). (l'auteur du site remercie M. Louis de Pazzis, géologue, membre et co-animateur de sorties au sein de Géolval, association de vulgarisation de la géologie des Pyrénées, de lui avoir communiqué la photo en haut à gauche, prise par lui à la mi-juillet 2009 ; les autres photos sont de Patrice Soutoul).
     Par ailleurs une visite, filmée par Patrice Soutoul, de l'ancien équipement de la centrale, est visible (accompagnée par le bruit du torrent) sur Youtube en 2 parties : une
première partie de 6mn 10, et une deuxième partie de 1mn 15.  

                           
    Vues d'ensemble montrant l'envahissement des installations minières par la végétation (au fond, le pic Robiñera) (note 2) :
      -
en haut : à gauche, l'Hôpital de Parzan en septembre 1963 ; à droite, photo plus récente.
      -
en bas : l'hôpital de Parzan actuellement, en avril à gauche, en juin à droite.

                                                                                                          Haut de page

                            
    
En 2006 ont été mis en place à l'Hôpital de Parzan, le long du chemin d'accés au cirque de Barrosa, notamment sur l'esplanade qui domine les installations minières, 5 panneaux d'information sur les minerais exploités et leur formation, sur les mines et leur exploitation, sur les installations minières, etc... Les textes sont en espagnol, anglais et français. Les photos ci-dessus montrent le dernier panneau, à l'extrémité de l'esplanade (qu'on voit à gauche). Il renseigne sur les installations minières de l'Hôpital de Parzan. Sur la photo de gauche on voit la conduite forcée amenant l'eau du rio Barrosa à l'usine hydro-électrique.

   
(Voir d'autres photos de l'Hôpital de Parzan et de ses abords dans une page de photos)
 

                                                                                                                    *

                                  
  
Croquis des installations minières telles qu'elles étaient dans les années 1910 (précisément 1919 ; d'aprés un plan figurant à la p. 48 du livre "Rapports historiques de la vallée de Bielsa avec la France", édité par la mairie et le Musée ethnologique de Bielsa).   

                      
  
Photos anciennes des installations de l'Hôpital de Parzan, prises à une époque où la végétation était beaucoup moins abondante qu'aujourd'hui (voir ci-dessous d'autres photos anciennes, datant de 1924) :
    -
à gauche : au centre de la photo, on voit la station inférieure du câble aérien des mines du pic Liena, avec, sur un plan incliné, le système de mise en tension du câble (un chariot chargé de cailloux se déplaçant sur des rails) ; à gauche : des ateliers ;
    -
à droite : on voit surtout, au fond, l'immense toit de la laverie où le minerai était traité pour le trier et le débarrasser de sa gangue avant son transport en France, jusqu'au Pont du Moudang, par
l'autre câble aérien, transfrontalier ; en se rapprochant de l'objectif : le laboratoire, la station du câble de la France, le transformateur et la centrale électrique ; en haut : des logements.
 

<  
Une action, de 250 Francs, de la Société des Mines de Parzan qui a exploité les mines du pic Liena, à partir de 1912, à l'aide des installations minières de l'Hôpital de Parzan et des deux câbles aériens de marque Etcheverry, l'un pour descendre le minerai de plomb argentifère des mines, l'autre pour le transporter en France. En raison de la chute des cours de l'argent en 1926 la société met fin à l'exploitation des mines en 1928. Elle a été mise en faillite 9 ans plus tard. 
                         

   (Sources :
Les photos en noir et blanc ont été fournies à l'auteur du site par Philippe Vivez [qu'il remercie], ou reproduisent [avec l'autorisation des éditeurs] des clichés figurant dans le livre "Rapports historiques de la vallée de Bielsa avec la France", édité par la mairie et le musée ethnologique de Bielsa, sauf la premiére qui provient du musée de SaintGaudens, et la deuxième qui est extraite du livre "La Bolsa de Bielsa", édité par la Diputacion de Huesca et le musée de Bielsa).
     
                                                                                                    
Haut de page
                                                     
                                                                                                             
*
    Photos des installations minières de l'Hôpital de Parzan datant de 1924
  (extraites d'un article de Romero Ortiz de Villacian (José),
"Los filones de galena de Bielsa y Parzan", paru dans le "Boletin oficial de Minas y metalurgia", año XIII, n° 150, Madrid, novembre 1929, article aimablement porté à la connaissance de l'auteur du site par Philippe Vivez ; incrustations en couleur par l'auteur du site).

                               
 
              Trois vues d'ensemble :



1
- Direction

2 - Administration
3 - Laverie
4 - Laboratoire (qui ne figure pas sur le plan de 1919)
5 - Magasin
6 - Atelier
7 - Transformateur
8 - Douane
9 - Maison des employés (qui ne figure pas sur le plan de 1919)
10 - Cantine
11 - Station de déchargement du câble des mines Luisa
12 - Station de chargement du câble de France
13 - Canal d'amenée de l'eau
14 - Conduite forcée pour la centrale électrique
15 - Conduite d'eau pour la laverie
16 - Voie de la station de déchargement du câble des mines Luisa à la laverie
17 - Voie de la laverie à la station de chargement du câble de France
18 - Gorge du rio Barrosa
19 - Chemin de la France
20 - Cirque de Barrosa



                           

   Des haldes, la laverie, et la conduite forcée pour la centrale électrique     La centrale électrique

    La station de déchargement du câble des mines Luisa     La station de chargement du câble de France

                                                                                                              *
   ANNEE 2011 :
  
    Après un long sommeil dans une végétation envahissante, les vestiges des installations minières de l'Hôpital de Parzan ont évolué. Une entreprise a effectué d'importants travaux pour moderniser et remettre en fonctionnement le système de production d'electricité (canal de dérivation de l'eau du rio Barrosa, conduite forcée, centrale electrique) :
   - une large piste donnant accès à la centrale a été aménagée à travers les anciennes installations, derrière la casa Bosar, prolongeant celle qui se détache de la piste du cirque peu après son départ de la route ;
   - à l'intérieur de la centrale l'ancienne machinerie a été enlevée en vue de son remplacement par du matériel moderne ; son toit a été refait ;
   - l'ancienne conduite forcée, laissée provisoirement en place (puis supprimée) a servi de support à un rail destiné à faciliter l'installation d'une nouvelle conduite, avec, en haut de celle-ci, construction d'un nouveau réservoir ;
   - le canal de dérivation, la prise d'eau au torrent et les vannes qui permettent sa régulation, ont été restaurés ou remplacés ; des pistes ont été aménagées, aux dépens de la forêt, pour permettre ces travaux, notamment une qui longe le canal de dérivation, et une autre, large, donnant accès à la nouvelle prise d'eau ;
   - un raccordement à la ligne électrique qui parcourt les vallées des rio Pinara et Barrosa a été effectué, en aval de l'Hôpital de Parzan.
   
   A la fin du mois de mars 2012 cette installation hydro-électrique ne fonctionnait pas, en raison (semble-t-il) d'un faible débit de l''eau dans le rio Barrosa.
En revanche l'eau était abondante dans le canal de dérivation au mois de juin 2013 (voir une page de photos).
 

      Page CHEMIN DES MINES                                                                                                                                                        Haut de page
      
Page d'accueil


   NOTES :
  

  1. D'après une autre source ("Les années rouges", de Mariano Constante, édition du Mercure de France, 1971, p.88) la délégation gouvernementale est venue de France par un des cols transfrontaliers, mais le président Negrin, Vicente Rojo, et le chef de l'armée de l'Est l'ont rejointe avec un avion qui atterit sur le petit terrain de la vallée de Pineta récemment aménagé.
   Au cours du séjour il y eut des récompenses et des promotions. La délégation visita les avant-postes (aux barricades d'Escalona un sergent aurait été bléssé à côté de Négrin).
   Les représentants du gouvernement espagnol étaient venus en France demander l'envoi aux défenseurs de la bolsa de Bielsa, de matériel, de ravitaillement et de médicaments en raison du refus catégorique du gouvernement français, en vertu du principe de  "non-intervention", de laisser passer de nouveaux volontaires pour lutter avec les républicains espagnols. Ils n'obtinrent que le passage de farine et de dons, envoyés par les organisations antifascistes françaises.

  2. Les vues composant le montage ci-dessous, datant de 1977, montrent que la végétation était alors nettement moins envahissante, et les installation moins ruinées :