Photos : 
page de photos 13-4

    Le port de Plan : panoramas et environs
 

                  
   Depuis le haut de son versant espagnol, vue vers l'ouest sur le port de Plan, au deuxième plan sur la région du cirque de Barrosa, et au fond sur le massif du Mont Perdu. Ce panorama étant détaillé par le calque.
 

          
    Par beau temps, vue, depuis le Port de Plan, sur les Puntas Suelsa et Fulsa qui barrent l'horizon sud.
    Au premier plan, la petite barre de quartzite (enchassée dans les schistes cambro-ordoviciens ou siluriens du port) sur laquelle sont gravés la croix frontière et son numéro (327) (voir la page de photos consacrée au port de Plan).
    Du port de Plan, comme du port d'Urdiceto, les Puntas "se dressent soudainement, telles une muraille, à la manière du Mont-Perdu par Tuquerouye. Comme un couteau ensanglanté, dont la Fulsa formerait l'extrémité, fendant leur prison de granite [...].Car Suelsa et Fulsa sont rouges." (Eric Visentin, dans un article de la revue Pyrénées, n° 225, 1-2006, p. 67, intitulé : "Suelsa-Fulsa, montagne sanguine", où il écrit aussi : "Cette montagne se compose de deux cimes aux formes radicalement opposées, dont la consonance des noms attise [...] la curiosité. Suelsa [trapue et massive] évoque suave, svelte, la douceur, tandis que Fulsa sonne comme fusée, comme le bruit d'un sabre qui fend l'air").
    Il vaut la peine de faire un peu de géologie quand on a sous les yeux cette montagne originale : les deux croquis au-dessous de la photo (calque et coupe) visent à y aider. La couleur rouge, qui est encore plus frappante sur le versant sud de la muraille (voir un topo de course dans le site du club de montagne Les Cadets de Toulouse), est due à une forte présence, comme sur le plateau de Liena et au pic Barrosa qui encadrent le cirque de Barrosa, de grès rouges, sédiments du Permo-Trias reposant sur le granite. Une autre particularité géologique intéressante rapproche la Punta Suelsa du pic Liena : son sommet est coiffé d'une "klippe", fragment, épargné par l'érosion, d'un chevauchemnt par des roches datant de l'ère primaire (note 1).

                                                                                Haut de page

                                                                                           *

                   
     L'hospice de Rioumajou (vue vers l'aval).

   
         
    L'hospice de Rioumajou, vue des flancs du Tuc de l'Endure, dans sa grande clairière au fond de la vallée de Rioumajou.

                                                                               Haut de page

                                                                                       *

      
    Depuis le Tuquet de Caouarère, qui domine le port de Plan, vue sur le Pène de Millarioux (au premier plan, au-delà d'un col occupé par un troupeau de moutons), les ports de Madère et de Caouarère, et au fond le pic de Caouarère (à gauche) et le pic de Batoua (à droite).
    Le domaine des grands pierriers (schistes cambro-ordoviciens, de type ampélite), s'étend largement au nord du port de Plan.

 

         
   Le pic de Batoua, au fond, vu du petit lac qu'on trouve sous le port d'Urdiceto dans la partie est du grand plateau, appelée "montagne de La Plagne".

                                                                                 Haut de page

                   
    Le pic d'Urdiceto, rougeâtre, vu de l'arête qui le relie au port de Plan.
    Au fond, à gauche, une partie de la Punta Suelsa
.
 

                   
    Par son arête nord-ouest déchiquetée, descente, dans les schistes, du pic d'Urdiceto sur le port d'Urdiceto.

                                                                              Haut de page

                   
    Depuis le port d'Urdiceto, vue sur le pic Mener au deuxième plan, sur les pics La Mota et Liena (au troisième plan, en arrière et à gauche du pic Mener), et au fond sur le Cylindre et le pic du Marboré à gauche, sur le haut du cirque de Barrosa à droite (de gauche à droite : pics Robiñera, de La Munia, et de Troumouse).
 

                   
     Du port d'Urdiceto, vue sur le lac d'Urdiceto, et sur les Puntas Suelsa (à gauche) et Fulsa (à droite) qui ont la tête dans les nuages.
 

                   
     Dans le ravin par lequel le sentier descend du port d'Urdiceto sur l'hospice de Rioumajou (dans le replat herbeux qu'on aperçoit au loin), des arbres, qui ont brulé dans le passé, sont lentement décomposés par plusieurs espèces d'insectes qui intéressent les entomologistes.


    Liste des pages de PHOTOS                                                   Haut de page
    Page d'accueil
 


   NOTES :
  
1.
Dans "Souvenirs d'un montagnard", Henry Russell parle de la région du lac d'Urdiceto (qu'il appelle le "lac Carré"), région qu'il a visitée au cours d'une ascension de la Punta Suelsa. Il la décrit à la page 233 de l'édition originale (1878) qu'on peut consulter dans le site Gallica 2 de la Bibliothèque nationale de France : en cliquant ici , lire cette intéressante page qui souligne la géologie particulière de la Punta Suelsa (pour en savoir plus sur les différentes éditions de ce livre célèbre voir la note 1 de la page consacrée à F. Schrader et aux pionniers du pyrénéisme). C'est la page 279 dans l'édition PyréMonde-PNRG 2008 (collection de poche en 2 volumes), tome I.